AYID, for a positive and sustainable social change by youth action !
AYID

Projets

Human Rights for All

Présentation du Département Droits Humains et Bonne Gouvernance :

Le Département en charge des droits humains et de la bonne gouvernance est un département transversal qui s’est doté une mission à plusieurs dimensions. Il s’agit de susciter un débat public plus large autour des questions de droits humains et bonne gouvernance, de sensibiliser et former sensiblement la population pour un engagement plus déterminant en faveur de la réalisation des droits humains ; ainsi que de mener un plaidoyer et des actions communautaires pour garantir une sécurité humaine et justice sociale. Par ailleurs, nous visons à assurer plus de transparence et de redevabilité dans les politiques publiques, tout en facilitant un « entreprenariat bonne gouvernance » des jeunes en facilitant la création d’initiatives citoyennes louables en la matière.

 Nature du projet

Le projet d’éducation aux droits humains et à la bonne gouvernance à travers des clubs droits humains dénommé « Human Rights for All », est une initiative créée et portée par le Département droits humains et bonne gouvernance de AYID. Il vise une cible sensible de la population, des jeunes collégiens et lycéens des établissements post-primaires et secondaires du Burkina Faso avec pour but de renforcer leurs connaissances et leur intérêt en matière de droits humains et bonne gouvernance. Le projet se déploiera dans deux types d’établissements : des établissements disposant de clubs droits humains (installés par le Ministère en charge des droits humains en collaboration avec le Ministère en charge de l’éducation) et une autre catégorie d’établissements n’en disposant pas, dans l’optique de mener un suivi comparatif.

Le projet est principalement organisé autour de formations-sensibilisations, la production d’articles et de contenus éducatifs, suivies par un concours inter établissements permettant mesurer les acquis des élèves et de créer une saine émulation pour maintenir leur intérêt constant. Ainsi, le projet permettra de susciter un changement de comportement et de créer des ambassadeurs droits humains.

Contexte et justification

Les observations finales formulées en 2017 par la Commission africaine des droits de l’homme à l’issue de l’examen du rapport périodique du Burkina Faso, interpellait le gouvernement sur la nécessité de mettre en œuvre une éducation aux droits humains à tous niveaux. Des efforts ont été entrepris dans ce sens par les ministères respectivement en charge des droits humains et de l’éducation nationale par la création de « clubs droits humains et civisme » dans certains établissements scolaires. Mais seulement 18 clubs sont créés dans la Région du Centre (selon les dernières données consultées en Décembre 2019) et certains manquent d’un suivi optimum. Le projet Human Rights for All  s’inscrit dans ce cadre et répond également au Programme mondial d’éducation aux Droits de l’Homme dont l’objectif est de réaliser des actions phares afin de renforcer les systèmes d’éducation primaires et secondaires.

Le projet contribuera à appuyer l’opérationnalisation des ODD 4 et 16 au Burkina Faso concernant respectivement l’accès à une éducation de qualité et la promotion de l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins d’un développement durable. Aussi, dans un contexte en proie à l’insécurité, l’intolérance et l’incivisme au Burkina Faso, le projet permettra d’apporter du contenu pédagogique bénéfique aux établissements et aux élèves en nourrissant leur culture, leur engagement social, leur sensibilité aux droits de l’homme avec des moyens d’actions et de suivi innovants pour un changement durable.

Objectifs global du projet

L’objectif de ce projet est de susciter auprès des jeunes gens l’adoption d’un comportement sensible au respect des droits et de la bonne gouvernance.

Résultats attendus

Les résultats escomptés à travers Human Rights for All sont les suivants :

  • -150 élèves bénéficiaires directs participant au projet qui toucheront à leur tour plus de 1500 autres élèves non participants
  • -15 établissements scolaires participants
    • 2 guides simplifiés sur les droits humains et la bonne gouvernance sont produits
  • -75 sessions de formations/sensibilisations délivrées sur 5 thématiques clé à savoir : « Généralités sur les droits humains » ; « Egalité et non-discrimination » ; « Droits et devoirs de l’enfant » ; « Initiation à la bonne gouvernance » « Gestion et importance des clubs humains »
  • -1 compétition inter-établissement à 2 étapes réalisée qui servira en même d’évaluation des acquis
  • -10 nouveaux « clubs droits humains » installés dans des établissements et 5 autres dynamisés
  • -1 application mobile créée qui permettra aux clubs et élèves de dénoncer en toute sécurité des cas d’abus dans l’environnement scolaire et par ailleurs de faire un suivi de la progression des clubs et des mesures prises au sein des établissements
  • -15 articles publiés trimestriellement par les clubs droits humains
  • -Les programmes éducatifs sont enrichis
  • -Les élèves participants développent leurs connaissances et deviennent des formateurs auprès de leurs pairs et des ambassadeurs droits humains et bonne gouvernance dans leurs communautés.

 

Bénéficiaires

1650 bénéficiaires seront touchés au bout d’une année dont :

  • Bénéficiaires primaires : 150 élèves ; 15 établissements scolaires de la ville de Ouagadougou
  • Bénéficiaires secondaires : 1500 élèves

Durée : 1 an (Phase pilote)  

Pérennisation du projet

La présente phase d’exécution du projet de veut être une phase pilote qui nous permettra de toucher encore plus d’élèves lors d’éditions futures. Le premier atout réside dans l’investissement aux actuels bénéficiaires. Par ailleurs, l’objectif à moyen terme est  de couvrir plus d’établissements avec un accent particulier sur ceux ne disposant pas de clubs droits humains.  A l’issue de cette phase pilote, une nouvelle stratégie d’exécution sur 3 ans sera élaborée avec une plus large couverture d’établissements sur plusieurs localités. Au bout des 3 ans, 1500 bénéficiaires directs et 15000 bénéficiaires indirects au moins seront touchés avec plus de 50 nouveaux clubs créés.

 

Coût du projet (An I) : 6 559 600 F CFA (10,000 €) 

Partager :
Projets details
  • 3 juillet 2020
  • #
  • élèves établissements scolaires